Bienvenue dans ce musée à la double vocation, littéraire et médicale.

IMG_0001

Le Musée est situé dans une belle demeure du XVIII ème Siècle qui fesait autrefois partie d'un vaste ensemble architectural, l' Hotel Dieu de Rouen.
Conbstruite en 1755 pour servir de logement de fonction au chirurgien chef, cette maison qui à conservée ses boiseries anciennes et son jardin clos, abritas la famille
Flaubert au XIX ème Siècle.
Achille-Cléophas Flaubert est nommé chirurgien chef en 1816, il occupe ce poste jusqu'en 1846. Il entraine dans son sillage son fils ainé, Achille, qui lui succéde dans cette fonction.
Gustave est né en 1821 dans une chambre du premier étage, elle fut transformée au début du siècle en laboratoire d' Istologie, et est devenue après réaménagement en 1923 en lieu de pèlerinage littéraire de renommée.
Ce logis est aussi un intéressant musée de la médecine, l'un des trois musées hospitaliers de France, avec Paris et Lyons.

DSCN1691

DSCN1692

petites phrases de Flaubert

DSCN1693

il y en a un peu partout dans le musée

DSCN1694

DSCN1695

IMG_0002

DSCN1696

DSCN1697

DSCN1698 ste Agathe

ste Agathe

DSCN1699 st Roch

St Roch

DSCN1700

DSCN1702 saint Roch

St Roch

DSCN1703

DSCN1704 vétement des Bonnes filles

vétement des  Bonnes filles

DSCN1705

DSCN1706 lit clos après la révolution

 lit clos après la révolution

IMG_0004

Portrait d'une religieuse Augustine Mère Saint-Bernard, Début du XX ème

C'est à partir du XI ème siècle qu'une communoté de laïcs ce crée à Rouen pour secourir les pauvres et les malades. "De bonnes

filles "  bénévoles se regroupent en communauté suivant le règle de Saint Augustin. Au XVIII ème siècle, une quarantaine de ces infirmières de l'âme et du corps assises, jour et nuit, ceux qui souffrent. Elles portent, sur leur cape noire, une croix de Malte rouge. Elles participent dans la tisanerie à la préparation des remedent quelles distribuent aux malades. Jusqu'au XIX ème siècle, l'Hôtel Dieu est entourer de jardins où l'on cultive les plantes médicinales. Après la séparation de l'Eglise et de l'Etat, les Augustines continuent leur activité tout en préparant le diplome d'état d'infirmière.
Elles vivent cloitrèes, dans l'Hôtel Dieu, jusqu'a leur départ en 1970.

DSCN1707

DSCN1708 Gustave Flaubert

Gustave Flaubert

DSCN1709 Saint Maturin

St Maturin

DSCN1710 saint Antoine

St Antoine

DSCN1711 st Antoine

St Antoine

DSCN1713 lit d'hospitalisation à 6 places

 lit d'hospitalisation à 6 places

Ce type de lit en bois, monté sur roulettes, n'est pas exceptionel à cette époque. S'il est bien précisé dans les réglements de 1672

que "les malades autant que possible coucheront seul" le vérité est tout autre, surtout en cas d'épidémie. Mais on y vois plus un d'inconfort que de contagion. Les humeurs dangeureuses sont réputéesse transmettre par l'air: on brule en permanence des herbes aromatiques pour purifier l'atmosphère. Le matelas est constitué d'une paillasse que l'on jette après usage. La toilette du malade est réduite au lavage du visage, des pieds et des mains. En 1771, on signale encore des lits à trois personnes à l'Hôtel Dieu de Rouen. Après la révolution s'imposera le principe du lit individuel souvent clos de rideaux mettant le malade à l'abris des regards et du froid qui règne dansles grandes salles commues.

DSCN1715 dons et indulgences

 dons et indulgences

DSCN1716 lettre à Etienne Chevalier

 lettre à Etienne Chevalier

DSCN1717 Rachel

Rachel

DSCN1718 Saint Adrien

St Adrien

DSCN1719

DSCN1720

DSCN1721préparation naturelle séchée

préparation naturelle séchée

DSCN1722 foétus

foétus

DSCN1723 foétus calcifié

foétus calcifié 

DSCN1724 momie

momie

DSCN1725 amputation

emputation

DSCN1726 boite de Trépanation

boite de Trépanation

DSCN1727 la saignée

Saignée

DSCN1728

DSCN1729

 

DSCN1730 urne funéraire

urne funéraire

 DSCN1732

 DSCN1733chambre natale de Gustave

chambre natale de Gustave

 DSCN1734 Loulou, le perroquet de Flaubert

Loulou, le perroquet de Flaubert

 DSCN1735 la bibliotèque

 Sa bibliothèque

 DSCN1737

DSCN1738

Nithotriteur à archet de Citrale

DSCN1739 Achille Flaubert

Achille Flaubert

DSCN1740

DSCN1742

Diplome de son Père Achile

DSCN1743 Gustave Flaubert

Gutave enfant

DSCN1745 Achile Cléophas Flaubert

 Achile Cléophas Flaubert

DSCN1746 vue sur la Jardin

DSCN1748

autographe de sa soeur Caroline

DSCN1749Caroline Flaubert

Mme Caroline Flaubert

DSCN1751 Caroline soeur

 Caroline Franflin Grout Flaubert

DSCN1753

DSCN1754 lettre à Etienne Chevalier

Lettre à Etienne Chevalier

DSCN1755

DSCN1756 la cave

porte de cave

DSCN1757 pots à pharmacie

 pots à pharmacie

IMG_0006

Pharmacie

DSCN1758 clister avec étui

 clister avec étui

IMG_0005

Trousse d'emputation

DSCN1760 pharmacie portative

pharmacie portative

DSCN1761 la pharmacie

pharmacie

DSCN1762 liste des enfants trouver

Les croyances autour de la naissance
La Conception
Lors de la conception, la femme ne doit ni tousser, ni éternuer de peur de perdre de la semence et d'engendrer un enfant mal formé.
Si elle veut un garçon, la femme doit ce coucher sur la hanche droite ou bien concevoir pendant la lune montante.
Si la conception a lieu pendant la lune rousse, l'enfant sera roux.

DSCN1763 Machine de Mme Du Coudray

"Machine de Madame Du Coudray 1778

Le manequin représente en grandeur naturelle, la partie inférieur du corps d'une femme en position gynécologique. Le tissus de couleur rose à l'origine, est rembouré de coton et de paille. Il repose sur une armature en fer.
Le manequin est conçu autourd'un véritable bassin en os d'une jeune femme, comme l'a confirmé la radiographie. Le périné est fait de topile souple, doublé, dans laquelle ue grosse lanière est passée que l'on peut serré
ou détendrer pour le passage de la tête de la poupée. La poupée mesure 52 cm. Elle est faite de grosse toile rembourée de coton. La consistance de la tête est plus dure. Orteuils et doigts sont formés. Les yeux et les cheveux
sont dessiés à l'encre de Chine. La bouche est ouverte on peut apercevoir lma langue. Le cordon est présent. Le sexe est modelé: c'est une petite fille .

IMG_0007

Mme du Coudray
Née en 1712 à Clermont-Ferrand, Madame du Coudray exerce la profession de sage femme à Paris puis retourne dans son Auvergne natale où grasc à ses dons pédagogique elle entreprend de donner des cours pour prévenir les erreurs des matrones qui sévissent dans les campagnes.
Pour joindre la pratique à la théorie, elle conçoit sa fameuse " machine" de démonstration. Cet enseignement pratique du geste obstétrical correspond à la volonté de Madame du Coudray de rendre ses leçons " palpables" puisqu'elle s'adresse à des femmes de la campagne
peu instruite et " des esprits peu accoutumés à ne rien saisir que par les sens".
Munie d'un brevet royal qui l'autorise à donner des cours dans tout le royaume elle s'engage, à l'âge de 50 ans, dans un tour de france obstétrical qui va durer 25 ans. C'est une femme de caractère. On estime quelle à formé plus de 5000 femmes et également
des chirurgiens qui ont perpétuée son enseignement.

DSCN1764 foétus de 7 mois

Le foétus de 7 mois
Parmis les nombreux accéssoires, l'un des plus étonnant est le foétus de 7 mois. Il est représenté, avec des proportions tout à fait exactes, recroquevillé dans la poche utérine. L'intérieur est entièrement doublé de peau couleur chair.
Un long cordon partant de l'ombilic du foetus rejoint le placenta. La face foetale du placenta est border d'artères et de veines en fils rouge et bleu. La face maternelle
est faite d'une espèce d'éponge brune dont le relief ressemble à l'aspect du placenta véritable.. Le foétus est en taffetas de couleur rose, ses cheveux et les yeux sont peints à l'encre, son nez est modelé, ses oreilles sont faites d'un
morceau de cuir cousu, ses doigts et ses orteils sont bien individualisés.

 

DSCN1765 anathomie de l'appareil génital féminin

anathomie de l'appareil génital féminin

DSCN1767

l'attente
Les garçons bougent plus tôt que les filles.
Si la femme enceinte ( sans ceinture, porte des colliers pendant la grossesse l'enfant risque de naître avec le cordon autour du cou.
Si la femme mange du lièvre ou boit dans un verre ébréché, l'enfant naît avec un bec de lièvre.
Si elle a des envies de fraises, l'enfant naît avec des grains de beauté.
Si la femme porte son regard sur des personnes contrefaits, son enfant naît mal formé.
Si la femme regarde la lune, son enfant est lunatique.

DSCN1768 jumeaux 

L'Accouchement
Les veuves doivent sortir de la salle de naissance pour ne pas porter malheur.
On retourne contre le mur le portrait des défunts.
On ne doit pas tenir les jambes croisées pour ne pas bloquer le travail de la femme en couches.
Il faut secouer le corps de la femme pour " faire tomber le fruit mûr".
L'enfant sort du ventre maternel" quand il est cuit à point.
Si l'enfant est mal formé c'est qu'il " lui à manquer des fagot".
Si on met sur le ventre de la mère, un vêtement du mari, on favorise la sortie de l'enfant qui reconnait l'odeur du père.

DSCN1769

La délivrance
Il ne faut pas jeter le placenta.
C'est un "gâteau fertile" que l'on enterre au pied d'un arbre fruitier.
Si on brûle le cordon, l'enfant risque de mourir brûle.
Le cordon ombilical desséché et conservé porte bonheur.

DSCN1770

DSCN1771

DSCN1772

dentisterie

DSCN1773

DSCN1774 fauteuil dentaire

fauteuil dentaire

DSCN1775 appareil de respiratrion artificiel

appareil de respiratrion artificiel

DSCN1776

DSCN1777

DSCN1778 lanterne de projection lumineuse

lanterne de projection lumineuse

DSCN1779 Chales Nicolle

Charles Nicolle

DSCN1780 journal de clinique

journal de clinique

DSCN1781 fauteuil de dentiste et tour à pédale

fauteuil de dentiste et tour à pédale

DSCN1782 roulettes

roulettes

DSCN1783

DSCN1785 table d'accouchement

 table d'accouchement

DSCN1786

DSCN1787 amulettes phalique

Amulettes phallique
Les amulettes protègent l'homme de la naissance à la mort et surtout dans les étapes importantes de son existence notamment celle de la reproduction.
Cette coutume se perpétue jusqu'au XIX éme siècle en Normandie? A la foire de St Gorgon, on vendait des amulettes en pâte de verre, " des représentations d'organes sexuels d'hommes et de femmes qui se portaient suspendus à un ruban".

DSCN1788 alaitement naturel

alaitement naturel

DSCN1789 alaitement artificiel

alaitement artificiel

DSCN1790 berceau

Berceau

DSCN1791 pesée du nouvau né

 pesée du nouvau né

 DSCN1792le tourniquer dans lequel on abandonnai les enfants

tourniquer dans lequel on abandonnai les enfants

DSCN1793 berceau

Berceau

DSCN1796

DSCN1797

Le jardin
Le jardin de plantes médicinales est le prolongement pédagogique de l'apoticairerie. C'est à la Saint Jean que la floraison est la plus importante: armoise, millepertuis, verveine, mille feuilles....
C'est sous le soleil de l'été que les senteurs sont les plus puissantes: sauge, angélique, menthe, mélisse, romarin.
Plus tard fleurissent ces plantes de mauvaise réputation que sont la belladone, la jusquiame et la datura, mais aussi le tabac.
Une centaine de plantes étiquetées, s'ordonne, dans un cadre romantique et paisible autour du monument en marbre blanc élevé à la gloire de Gustave Flauber en 1890, la réalisation en est confiée au sculpteur Henri Chapu.
La vérité est assise en équilibre sur la margelle d'un puits, a ses pieds un miroir est censé refléter la réalité.
Au dessus, dans un médaillon, le portrait de Flaubert.
Inauguré le 23 Novembre 1890 sous la pluie et le vent, dans l'indifférence des rouennais, il est accoler à la facade du >Musée des Beaux Arts. Il sera transporté pour être exposé dans le jardin du Musée Flaubert et d'Histoire de la médecine en 1982.

DSCN1800 digestion

DSCN1801

DSCN1802

DSCN1803 monument

Le monument

DSCN1804

DSCN1805

DSCN1806

DSCN1807

DSCN1808

DSCN1809

DSCN1811

DSCN1821

DSCN1822

L'Hotel Dieu de Rouen
C'est pour ce protéger des effroyables épidémies de peste qui ravage Rouen au XVI ème Siècle que l'on aménage, hors les murs de la ville, dans le faubourg ouest, un "lieu de santé" réservé exclusivement aux pestiférés
et que l'on construit à partir de 1654 que l'on place sous le vocable de Saint Louis et Saint Roch. C'est la vétuste de l'ancien hôpital de la Madeleine, édifier à l'ombre de la Cathédrale, qui décidera du transfère des malades en 1758
Les bâtiments du XVII è siècle sont agrandi c'est de cette époque que date la construction du pavillon de chirurgien, ou rénover.
Les médecins ne disposant pas de thérapeutiques efficaces recommandent, parfois, aux malades de s'en remettre à Dieu en invoquant les saints thaumaturges intercesseurs entre entre le ciel et l' humanité souffrante.

DSCN1823 pavillon de chirurgien